Courts à Brighton

Pour la deuxième fois, le Festival s’exportera à Brighton, du 24 au 26 septembre. Au programme, conférences sur l’histoire du cinéma canadien, visite du Palais royal et présentation d’une sélection de courts-métrages d’animation canadiens de l’Office National du Film canadien au cinéma Duke’s at Komedia. A l’issue de la projection, le prix Brighton du meilleur court-métrage d’aniamtion canadien sera remis au meilleur court par un jury de personnalités de Brighton.     

 

 LE JURY

Jacob Engelberg

Jacob Engelberg est le programmeur d’Eyes Wide Open Cinema, un film queer basé à Brighton, et le directeur marketing du Duke of York Picturehouse. Il a été commissaire de films pour le Women Over 50 Film Festival et Trans Pride Brighton. Il a une formation académique en études cinématographiques avec un accent sur la représentation bisexuelle, la théorie raciale critique et les animaux au cinéma. Il est actuellement en tournée dans les festivals de cinéma du Royaume-Uni et d’Irlande, où il donne une conférence intitulée « Représentation des désirs bisexuels à l’écran ».

Pete West

En tant que maire de Brighton & Hove (2016-2017), le conseiller Pete West était ravi d’accueillir une délégation du festival du film de Dieppe à l’hôtel de ville de Brighton. En mai, Pete a été officiellement reçu par le premier adjoint au maire de Dieppe alors qu’il participait à la Randonnée cycliste de bienfaisance Paris à Brighton. Né d’une mère canadienne, Pete est enthousiaste à l’idée de contribuer à soutenir et à renforcer les liens économiques et culturels de la ville avec la France et le Canada. Photographe passionné, Pete a eu l’honneur d’accueillir la création du prix Marilyn Stafford FotoReportage Award. Une fois, Pete a tourné un court métrage et soutient le cinéaste en herbe Elliott Hasler – il a été l’hôte d’un tournage dans le salon du maire et a fait ses débuts sur un écran. 

Mary Jane Walsh 

 

Mary Jane Walsh est diplômée des universités de Birmingham, Grenoble et Westminster, avec une spécialisation en études françaises et cinématographiques. Elle a travaillé pour le département des films du British Council, la division de production du British Film Institute avec des cinéastes tels que Peter Greenaway, Terence Davies, Derek Jarman, le Festival du Film d’Edimbourg, le service culturel de l’Ambassade de France à Londres, la National Film & Television School du Royaume-Uni et le Screenwriters Studio.  Elle a également réalisé une série de documentaires sur la musique et les arts, la danse et l’opéra pour BBC TV, Channel Four Television, WNET/Channel Thirteen (USA).  Plus récemment, elle a dirigé le London Program for New York University Tisch School of the Arts, qui forme des acteurs, des cinéastes et des scénaristes.

John Locke

L’acteur de caractère anglais est revenu récemment au cinéma après une absence prolongée. Il s’était auparavant produit au théâtre à Londres, West End et dans  les provinces alentours. Ancien responsable dans les années 1980 du développement du premier studio de théâtre commercial à West End. Cette année il aura joué les rôles de : Oliver Wilson pour Joe Wright dans Darkest Hour, Gary pour Max Minghella dans Teen Spirit, le Favori pour Yorgos Lanthimos, David Harn pour Daya Dodds dans When Swallows Fly Low et Professeur de Beaux-Arts pour Cedric Tanguy et Nicolas Bellenchombre, dans le film Last Chance Road.

 

Le meilleur du court métrage d’animation de l’Office National du Film canadien (ONF)

BAM

Durée : 5min 48s

Réalisateur : Howie Shia

Synopsis BAM est une histoire de colère. Dans un quartier défavorisé hanté par des dieux primitifs, un jeune boxeur sans prétention cherche à comprendre les conséquences troublantes de son tempérament explosif, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du ring. La violence qui l’habite est-elle une réaction conditionnée, un réflexe inné ou un droit divin?  Combinant une bande sonore urbaine et le dessin animé réaliste, BAM fait le portrait à la fois brutal et poétique d’un héros classique se débattant dans un monde contemporain.

 

54 Heures

Durée : 13 min 34 s

Réalisateurs : Bruce Alcock, Paton Francis

Synopsis 54 heures relate de façon extrêmement saisissante la tragédie au cours de laquelle 132 hommes se trouvent prisonniers des glaces durant une violente tempête de neige au large des côtes de Terre-Neuve à l’hiver 1914. Soixante-huit d’entre eux mourront gelés sur la banquise. Témoignages de survivants, documents d’archives percutants, animation ingénieuse et marionnettes s’unissent ici pour recréer leur calvaire.

 

Auto Portraits

Durée : 4 min

Réalisateur : Claude Cloutier

Synopsis : Une Chevrolet Bel Air 1957 interprète une version ironique de la ballade américaine « Que Sera Sera (Whatever Will Be, Will Be) ». La calandre de la vedette devient une bouche enjôleuse, d’où s’échappent les rimes rassurantes de la chanson, tandis qu’un chœur d’automobiles l’accompagne en une chorégraphie spectaculaire. Satire grinçante de la puissance pétrolière, Autos Portraits est une comédie musicale à grand déploiement, le cinéaste et bédéiste Claude Cloutier caricaturant l’insouciance contemporaine face aux périls qui menacent la planète.

 

Tesla

Durée : 8 min 18 s

Réalisateur : Matthew Rankin

Synopsis : New York, 1905. L’inventeur visionnaire Nikola Tesla fait un ultime appel à J.P. Morgan, son mécène de jadis… Inspiré de faits réels, ce court métrage électrisant est une spectaculaire explosion audiovisuelle puisant son énergie autant dans le documentaire animé que dans les références au cinéma d’avant-garde.

 

Manivald

Durée : 12 min 57 s

Réalisateur : Chintis Lundgren

Synopsis : Manivald le renard vient d’avoir 33 ans. Surdiplômé, chômeur et plutôt coincé, il habite avec sa mère, une retraitée dominatrice, passant ses journées au piano pendant qu’elle lui prépare du café et lave ses chaussettes : une vie facile, certes, mais terne. Cette dépendance mutuelle se trouve toutefois chamboulée par une machine à laver en panne et un réparateur nommé Toomas, jeune loup sexy et aventurier venu à la rescousse.

 

I Am Here

Durée : 5 min

Réalisateur : Eoin Duffy

Synopsis : Un mystérieux voyageur sillonne l’espace et le temps, à la recherche des origines de l’univers, de la vie, de Dieu. Finalement, se retrouvant seul aux dernières lueurs d’un cosmos vieillissant, il en arrive à un accablant constat. Mais l’univers continue de tourner.

 

La Montagne de Sgaana

Durée : 10 min 02 s

Réalisateur : Christopher Auchter

Synopsis : Tandis qu’un jeune pêcheur navigue le long d’une rive escarpée, une minuscule souris vêtue d’un costume traditionnel haïda apparaît et se met à tricoter une couverture qui, à mesure qu’avance l’ouvrage, illustre le vieux conte du grand chasseur marin Naa-Naa-Simgat et de sa bien-aimée Kuuga Kuns. Quand une SGaana (mot haïda pour désigner l’« orque ») capture le chasseur et l’entraîne dans un monde surnaturel, la courageuse Kuuga Kuns se lance à son secours. Le couple pourra-t-il s’échapper de la montagne sous-marine de SGaana, ou fera-t-il désormais partie du monde des esprits haïdas ?

 

Si j’étais le bon Dieu

Durée : 8 min

Réalisateur : Cordell Barker

Synopsis : Que feriez-vous si vous découvriez soudain, à l’âge de 12 ans, que vous possédez des pouvoirs comparables à ceux de Dieu? Vous serviraient-ils à faire du bien? Du mal? Un peu des deux? Pour un garçon de septième année dont l’esprit s’évade alors qu’il dissèque une grenouille durant le cours de biologie, les possibilités semblent infinies : disposer du pouvoir de vie et de mort, créer des monstres capables de punir ceux qui le torturent quotidiennement (surtout Augie, assis dans la dernière rangée), mais mieux encore, matérialiser cette journée parfaite avec Lily, l’amour de sa jeune vie.

Coiffe de Hipster

Durée : 40 s

Réalisateur : Amanda Strong

Synopsis : NE LE FAIS PAS, C’EST TOUT. Contestation de l’appropriation culturelle des coiffes autochtones.

 

J’aime les filles

Durée : 8 min 12 s

Réalisateur :  Diane Obomsawin

Synopsis Le premier amour est une expérience enivrante, unique et inoubliable! Charlotte, Mathilde, Marie et Diane racontent avec franchise et candeur leurs premières histoires d’amour. Du coup de foudre à sens unique à l’attirance mutuelle, leurs récits cocasses et intimistes nous transportent au temps de la première fois. Pour chacune d’entre elles, le moment de l’éveil sexuel a rejoint une prise de conscience identitaire : la découverte du désir homosexuel! 

Vaysha l’aveugle

Durée : 8 min 13 s

Réalisateur : Theodore Ushev

Synopsis : Vaysha n’est pas une jeune fille comme les autres, elle est née avec un œil vert et l’autre marron. Ses yeux vairons ne sont pas l’unique caractéristique de son regard. Elle ne voit que le passé de l’œil gauche et le futur de l’œil droit. Véritable sortilège, sa vision scindée l’empêche de vivre au présent. Elle est aveuglée par le passé et tourmentée par l’avenir; son regard unique est parfaitement divisé en deux temporalités irréconciliables. Vaysha l’aveugle… c’est ainsi que tout le monde l’appelait.

The Cannonball Woman

Durée : 14 min

Réalisateur : David Toutevoix & Albertine Zullo

Synopsis : Madeleine le boulet de canon humain et son mari sont des forains. Leur vie, comme leur spectacle, semble parfaitement sous contrôle. Mais en réalité, Madeleine est malheureuse et veut sortir de sa routine. Sans dire un mot, elle quitte son mari et devient la Dame barbu. Le temps passe, mais leur amour les uns pour les autres ne meurt pas.